Revenir au site

Joyeux anniversaire

Aujourd'hui j'ai 1 an

Aujourd’hui j’ai 1 an.

Pourquoi un an alors que je suis né le 15 avril 1987? Les calculs ne sont pas bons Kévin! Je m’explique.Le 1er novembre 2018 a été une nouvelle naissance pour moi : mon 1er jour en tant qu’homme libre (ou chômeur, c’est comme tu l’entends mais je préfère dire homme libre hahaha) J’ai quitté la veille mon job salarié dans lequel je ne me retrouvais plus. Une rupture conventionnelle (vive le système) qui m’a permis de retrouver ma liberté et surtout du temps. Parce que oui, je ne t’apprends rien en disant cela, la base du salariat c’est échanger ce que l’on a de plus précieux, notre temps, contre de l’argent (grosso modo)

Le temps pour faire quoi? D’abord être un papa présent. En novembre 2018, ma fille Mona avait 3 petits mois. Elle est née durant l’été précédent. J’avais déjà pu m’arranger pour être là le premier mois. Le retour au travail avait été très compliqué à vivre pour moi. J’avais déjà à l’époque des envies fermes d’entreprendre et lancer MaskOff mais j’avais peur de me lancer, peur de tout bouleverser. Toutes sortes de peur dont les principales étaient la peur de l’échec et la peur du déclassement.

La naissance de ma fille fut un accélérateur dans ma prise de décision mais surtout un aspirateur à peur. Aujourd’hui je n’ai plus peur. Alors je n’ai pas quitté mon job pour ma fille, loin de là (et je ne lui ferai pas porter cette charge), je l’ai fait pour moi avant tout. Mais très clairement la parentalité fut un élément déclencheur, dans la prise de décision. Cette année fut d’abord l’occasion pour moi d’être un papa à plein temps et cela n’a pas de prix.

Le temps pour faire quoi? Me former ensuite. Moins d’une semaine après ma rupture co, le 5 novembre 2018 exactement, je commençais ma formation certifiante de 9 mois pour devenir coach personnel et professionnel. Tout était calibré et cela été très fluide. Oui une sortie comme celle-là se prépare. Je savais que je voulais créer mon entreprise. Je savais que c’était pour aider, accompagner et impacter la vie de milliers de personnes (je n’y suis pas encore hein, je visualise), que cela soit à travers mes réseaux sociaux, mes accompagnements individuels, de futurs ateliers ou les programmes en ligne que je vais construire. Cette formation de coaching m’a donné des bases solides pour exercer mon nouveau métier aujourd’hui. Elle a aussi fait de moi un homme nouveau car j’ai été (et je suis encore) mon premier coaché.

Le temps pour faire quoi? Passer du temps en famille, apprendre à devenir parent, entretenir la flamme de mon couple, profiter de mes amis, voyager, faire du sport, mieux manger, méditer, vivre tout simplement. Prendre le temps de vivre.

Très clairement, j’ai eu le sentiment fort à l’époque (et aujourd’hui plus que jamais) de redevenir acteur de ma vie, de reprendre les commandes, de ne plus subir C’est une sensation douce et agréable (c’est bandant d’être indépendant comme a dit dans une chanson le philosophe Booba).

Mais c’est aussi une sensation vertigineuse et une responsabilité très importante. Et puis on ne va pas se mentir hein. Je suis indépendant dans le sens autonome et responsable dans mes actions, dans mes choix de vie en général. Mais je ne le suis pas encore financièrement (et là je dis encore une fois vive le système * 2 et l’ARE maintenue pour les créateurs d’entreprise). Mais cette question de l’indépendance financière j’y travaille et je suis persuadé d’y arriver. Il y a intérêt en même temps car les crédits immobiliers et la future maternelle Montessori bilingue de Mona ne vont pas se payer tout seul, hahahahaha. Plus sérieusement je suis réellement confiant car je travaille à être aligné dans ce que je vais proposer et réussir à faire de ce mantra ma réalité : « Gagner de l’argent est une conséquence de mon existence »

Tout ne fut pas tout beau et tout rose loin de là. Des moments de galère il y en a eu pas mal. Un changement de cet ampleur ne se fait pas sans difficulté. Mais ces difficultés, ces erreurs m’ont beaucoup apprises.

Je suis aujourd’hui plus fort et j’ose le dire meilleur. Aujourd’hui, je fais mon possible pour être H24 quelqu’un de positif et constructif. Ce n’est évidemment pas facile, je ne sais pas si j’y arriverai un jour mais je tends vers. C’est le chemin que j’ai décidé d’emprunter et pour l’instant cela ne me réussit pas trop mal.
 

Alors j’ai envie de dire : joyeux anniversaire à moi. J’ai un an tout pile. Je me sens neuf, jeune et vigoureux, mais surtout rempli d’amour et curiosité pour le monde et l’univers qui m’entoure et dont je fais parti.

Happy birthday to me

Kévin


Ton agent de conscience et d’évolution 🙏

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK