Revenir au site

Mon chien, ce révélateur

Ou comment cet animal m'a appris à choisir l'ouverture plutôt que le repli.

Tout a commencé il y a 5 ans.

 

Je m’en souviens comme si c’était hier.

 

C’était un 15 aout, jour férié en France il faut le savoir car c’est le jour de naissance de ma femme Eugénie. D’ailleurs si tu vois passer dans les médias une tout autre raison sache que l’on te mens, il s’agit de propagande et fake news.

 

Nous étions au Portugal dans la magnifique et mystique bourgade de Sintra.

 

Attablés dans un charmant restaurant gastronomique. Les plats se succèdent, le vin coule à flot, il y a de la joie.

 

Je n’avais pas de cadeau, quoique tu vois on était quand même en voyage, au Portugal, restau gastro la totale donc bon j’aurai pu m’abstenir mais bon toujours plus hein.

 

J’arrête les digressions. Alors je disais, je n’avais pas de cadeau et juste avant le dessert c’est là où j’ai baissé ma garde. J’ai craqué. J’ai fini par lui dire.

 

On en avait eu des discussions à ce sujet. Le ton était même parfois monté. Elle le souhaitait ardemment, moi pas du tout.

 

Elle l’attendait depuis longtemps. Elle me l’avait réclamé à plusieurs reprises. Elle m’a fait tout un tas de reproches sur mes refus successifs et j’ai fini par changé d’avis.

 

Je lui ai dit texto : « Quand nous serons de retour en France, on va acheter un chien »

 

Et là la joie sur son visage.

 

Le lendemain matin, léger mal de crâne, je ne sais pas si il était du au vin ou à l’annonce faite la veille.

 

Surement les deux.

 

Pendant plus d’un an voire deux, Eugénie m’a travaillé au corps pour que l’on se prenne un chien. Si tu veux et pour la faire courte, j’ai toujours eu des chiens, mais de là où je viens, à l’époque le rapport au chien n’était pas celui que tu peux voir dans 30 millions d’amis. Très clairement les chiens que j’ai eu c’était plus des alarmes que des animaux de compagnie, des chiens de garde quoi.

 

Un chien à la maison, que dis-je, en appartement, c’était inconcevable pour moi.

 

Tu dois te demander pourquoi je te raconte cela et surtout qu’elle est le rapport avec la fragilité et surtout avec la suite du mail « sois fort ».

 

Attends sois un poil patient.

 

Offrir un chien à ma femme fut le meilleur cadeau que j’ai pu me faire à moi même.

 

Ce petit chien… Jock de son prénom, a changé littéralement mon rapport à la vie. Rien que ça me diras-tu? Oui en quelque sorte. Il a initié ce changement de rapport.

 

Avec le recul je me dis que sincèrement mon évolution profonde a commencé à partir de cet événement.

 

Tu l’auras compris, je suis complètement gaga de ce chien maintenant. Mais très clairement Jock m’a permis de casser ma carapace, d’enlever mon masque.

 

Il a révélé au grand jour le coeur tendre que j’ai et que je m’obstinais à cacher derrière le bouclier de l’homme fort.

 

Je l’ai compris le jour où il m’a léché le visage en public et qu’en retour je lui ai fait un gros câlin sans me soucier du « que dira t-on ».

 

Touché coulé.

 

Cela peut paraitre anecdotique mais pas du tout. Donner de l’affection à mon chien en public comme cela est très clairement pour moi un signe d’ouverture.

 

Et tu sais ce qui est le plus fou dans tout ça ? C’est que l’ouverture ne s’est pas arrêtée là. J’ai commencé à ramener mon chien dans des réunions de chien dans le bois de Vincennes. Où il y avait plein de gens qui parlent de leur toutous comme si c’étaient leurs propres enfants.

 

Et chose incroyable je ne les ai pas jugés, normal puisque je faisais partie du groupe, mais sincèrement faut voir les profils lol. Je me suis surpris à apprécier ces personnes, à leur parler de tout et de rien alors que l’on ne se connait pas.

 

Des personnes qui ne te regardait même pas se mettent à te sourire. Je renvois des sourires, je fais des blagues sur mon chien, je fais des blagues sur moi même. J’arrive à faire de l’auto-dérision sur moi qui promène le chien en jogging à capuche dans tout Charenton.

 

Bref tout ça pour te dire que pour quelqu’un qui a comme message contraignant « sois fort », l’antidote est « sois ouvert ».

 

L’ouverture aux autres, l’ouverture au monde, l’ouverture du coeur.

 

Et toi? Arrives-tu à faire péter ta carapace que tu t’es construite et exprimer ta sensibilité? Quelle rapport as-tu avec elle?

 

Maskoff !

Bas les masques !

 

Kévin Rutil - Agent de conscience et d’évolution

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK